Aider Madagascar, aider la planète…

____________________________________________________________

Peuplée de 15 millions d'habitants, représentant environ 2,5 millions de foyers dont le revenu est parmi les plus bas de la planète, l'île de Madagascar est considérée comme une merveille écologique.

Malheureusement la déforestation crée une érosion catastrophique et le recul rapide des zones forestières fait disparaître rapidement une faune et une flore tout à fait particulière et exceptionnelle dans le paysage terrestre. Elle appauvrit aussi le peuple malgache lui-même.

Cette déforestation est due à deux causes principales :
- Culture sur brûlis.
- Fabrication du charbon de bois permettant aux malgaches de faire cuire leur nourriture, car ils n'ont pas les moyens financiers de se procurer d'autres sources d'énergie.

S'il est difficile pour le moment d'agir sur la première cause de déforestation (la culture sur brûlis), il existe par contre une solution tout à fait réalisable et qui peut être rapidement mise en place pour réduire le taux de déforestation responsable de la seconde de ces causes.

L'une des actions à entreprendre au niveau mondial pourrait être la mise à disposition, pour chaque foyer, de réchauds (trépieds 1 feu) et de bouteilles de gaz suivant les besoins. L'utilisation domestique de gaz, pour la cuisson des aliments, réduirait sensiblement les méfaits de la déforestation.

Quel serait le coût d'une telle opération ? Un trépied gaz (lesquel pourraient être fabriqués sur place) coûte environ 100 FF. 2,5 millions représenteraient une somme de 250 millions de francs. Les bouteilles : Ce serait un excellent recyclage des bouteilles de 10 kg des distributeurs européens dont le conditionnement est en train de changer. Le remplissage : Remplies 4 fois par an, pour une consommation raisonnable par famille, à 50 f le remplissage, (prix de revient maximum - transport du gaz par bateaux gaziers et local inclus). 2,5 x 50 x 4 = Soit 500 millions par an.

Donc, au global, un maximum d'un milliard de francs annuel en tenant compte d'un renouvellement des trépieds tous les 3 ou 4 ans . Ceci représente 500 000 fois moins que le montant de la spéculation annuelle sur les devises (estimé à plus de 1500 milliards de francs par jour), également 60 fois moins que les taxes françaises sur le tabac et c'est l'équivalent du budget de promotion des industries du tabac, en France !.

Cette action apporterait un triple effet, humanitaire et écologique:
- Sauver ce qui reste de la forêt malgache, qui pourra ainsi de nouveau s'étendre, avec l'aide d'autres programmes de reboisement déjà existants.
- Assurer le besoin de base d'une bonne partie du peuple malgache.
- Créer des emplois locaux (fabrication des feux gaz, remplissage et distribution des bouteilles)

Une telle opération pourrait être supervisée par l'ONU ou des ONG (afin d'éviter l'intervention intéressée de certains fonctionnaires ou dirigeants de l'État Malgache) et financée par les États, l'Europe ou la Banque Mondiale ainsi que les compagnies pétrolières, qui ont beaucoup à se faire pardonner (s'il n'y avait que l'Erika !)

Jean-Marie Pelt, Président de l'Institut Européen d'Écologie
André-Jacques Holbecq, Président de YHAD-FRANCE

(Article paru dans "Science Frontières" N° 57 - Novembre 2000 )

Pour aider Madagacar, visitez le site de la Zebu Overseas Bank